Home Tendances Technologies Vers une Santé connectée ?

Les entrepreneurs web ayant préemptés les marchés des médias, des services à la personne et aux entreprises, un secteur semble avoir été oublié ces dernières années : la santé. Ce secteur, difficile à appréhender, a pourtant dans son ADN, une innovation constante, une recherche perpétuelle du progrès, pour toujours trouver de nouveaux traitements. Depuis de nombreux mois, les discussions se multiplient (#esante, #epatient), les projets et services se multiplient, et vont bientôt changer nos vies. Aperçu d’une possible santé de demain, qu’on espère toujours aussi bonne.

Après avoir bu votre tisane dans ce café over-connecté, vous sortez dans la rue « prendre un peu l’air » comme on dit. Soudain, alors que vous marchiez tête baissé sur votre smartphone (votre vie), checkant justement votre rythme de marche avec votre podomètre, vous êtes pris d’un gros mal de tête.

Premier réflexe, vous connectez sur un site de « télémédecine » ou des médecins peuvent directement répondre à vos questions, sans passer par une consultation, sans passer par un paiement (DocteurClic est parmi l’un des premiers du genre). Evidemment, un mal de tête peut-être expliqué par de multiples choses, et vous, de nature inquiète, vous prenez rendez-vous depuis la rue, depuis votre smartphone avec un médecin (MonDocteur.fr, inspiré du géant ZocDoc).

NOUS DEVONS SAVOIR LA VÉRITÉ

Vous savez qu’il y en a un disponible dans 2h, et il est à 100 mètres de chez vous, vous foncez le voir, parce qu’on n’attend pas pour la santé, la santé c’est important. Vous entrez dans ce cabinet simple, un bureau, un ordinateur, trois fauteuils. Le médecin, la cinquantaine triomphante vous demande si vous avez fait une analyse de votre génôme, par la start-up 23andme.

Vous répondez par l’affirmative, que vous avez de grandes chances de faire du diabète plus tard, mais pas d’alertes majeures. Et là, ni une ni deux, il sort son stéthoscope connecté, son électrocardiogramme connecté, et toutes ses données filent directement dans un programme développé par la Sécurité Sociale, qui vient se consolider dans votre Dossier Médical Personnalisé, sorte de carnet de santé numérique 2.0.

« LE DIAGNOSTIC EST FORMEL »

Le regard du Docteur se pose alors sur vous. Vous attendez le verdict, vous lui posez l’immuable question : « c’est grave Docteur ? ».

-        Vous savez Monsieur, dans notre métier, il y a rarement de véritables urgences, mais il y a souvent des gens pressés. Le diagnostic est formel : vous ne buvez pas assez d’eau, et ne dormez pas assez.

-        Je ne comprends pas, j’ai pourtant intégralement rentré les API sur mon appli Withings, je devrais voir ce genre de choses.

-        La santé Monsieur, c’est d’abord de l’humain, écoutez votre corps plutôt que la technologie.

LA SANTÉ À L’AUBE D’UNE NOUVELLE ÈRE

Si le numérique n’a pas apporté dans le secteur médical son lot d’innovations comme il l’a fait pour d’autres secteurs, c’est parce que c’est tout simplement un secteur où on ne peut pas tout faire. L’éthique et la déontologie y sont omniprésentes, les réglementations importantes. Et dans une société collaborative, où le partage est central, la Santé et son secret médical apparaissent aux créatifs entrepreneurs aussi séduisants qu’une roue crevée.

Malgré tout, notre société change profondément, et la « esanté » a le vent en poupe, si bien que le gouvernement y a consacré un portail de réflexions, et des Think Tank se mettent en place. Il sera intéressant de voir comment les entrepreneurs s’accommoderont du cadre restreint pour leur créativité. Gloire à la liberté enchaînée, notion chère à ce bon vieux Nietzsche, mort d’avoir trop négligé sa santé, au profit du plaisir sexuel (clic clic).

Share
3 réponses A cet article
  1. Oui, la santé entre dans une nouvelle ère, avec la multiplication des projets e-santé, la digitalisation de la médecine, les smartphones et leurs applications santé. Je trouve cela génial, et cela permet à l’innovation de fonctionner à travers de nombreuses start-up.
    Oui à la santé digitale!

  2. Les avancées technologiques sont aujourd’hui à manier avec précaution, sauf que dès qu’un intérêt économique privé pointe le bout de son nez il est difficile de savoir si le développement de telles connections est fait dans l’intérêt du patient ou dans celui de l’entreprise…

    De longs débats seront sûrement à venir à ce sujet…

Laisser un commentaire